Aller au contenu principal

Pratiquer une activité physique après un cancer du sein

Article publié le 10 octobre 2017

La pratique régulière d'une activité sportive est associée à une réduction de 40% du risque de décès par cancer du sein. En phase de rémission, quelles pratiques peuvent aider à se reconstruire ?

Chaque année, près de 50 000 cas de cancers du sein sont diagnostiqués. Cette pathologie constitue la première cause de décès par cancer chez les femmes. Pour diminuer les risques de récidive, l'activité physique est fortement recommandée par les professionnels de santé.

L'étude WHEL (Women's Healthy Eating and Living Study)  rapporte en effet que le risque de rechute est réduit de 44 % pour les femmes qui marchent trente minutes par jour six fois par semaine*.

Le programme Activ, du sur-mesure

Pour accompagner au mieux les femmes soignées pour un cancer du sein, des programmes adaptés sont proposés. Depuis 2012, l'Institut Curie anime, en collaboration avec l'association Siel Bleu, le programme Activ. La démarche qui allie physique et diététique est présentée dans cette vidéo :

Cancer du sein et aviron, c'est compatible !

Après un cancer du sein, une rééducation physique est nécessaire. Pagayer semble une invitation surprenante de prime abord mais cette initiative a fait ses preuves. L'association Ensemble pour Elles, récompensée en 2012 par l'opération de mécénat Atout Soleil, aide les femmes en rémission à reprendre une activité sportive à travers l'aviron. Une bonne pratique qui redonne également goût à la vie.

L'escrime adaptée à la pathologie du cancer

La Fédération Française d'Escrime (FFE) propose le programme Escrime et cancer du sein. Pratiquée de façon adaptée avec des formateurs initiés aux effets secondaires de la pathologie, la discipline a des bienfaits d'ordre physique et psychologique. « La symbolique de l'escrime est importante; c'est un sport de combat. Un cancer, c'est une attaque. En escrime, lorsque l'on est attaqué, on part et on riposte », lance le Dr Dominique Hornus-Dragne, anesthésiste-réanimateur et médecin du sport.

Alors que le taux de guérison du cancer du sein atteint aujourd'hui les 90%, la qualité de vie des femmes en rémission est à reconstruire. Une bonne hygiène de vie peut les aider à relever ce défi.

*Source : site web Cancer- environnement

Tags associés :