Aller au contenu principal

Le mieux vivre ensemble se construit aussi par le dialogue entre architectes et usagers

Article publié le 27 septembre 2017

Pour Alexandre Crampes, associé et co-gérant de l’agence Dauphins architecture, l’architecte a un rôle social à jouer. Pour cela, il doit créer des lieux de vie propices à l’échange, à l’imprévu.

« Nous pouvons mieux vivre ensemble tout en préservant notre intimité. Cet équilibre délicat passe par le dialogue, les échanges et les remises en question entre usagers et architectes. Pour l’architecte, cela consiste à écouter les besoins et les envies des habitants, qui seront radicalement différents si vous êtes une famille mono-parentale, un retraité ou quelqu’un qui travaille en home-office. Cette réalité des besoins des usagers doit guider – dans la mesure du possible – la démarche et les choix architecturaux, jusqu’aux matériaux utilisés par exemple.

Cette question de l’échange entre habitants et architectes est fondamentale. Car, peu à peu, nous assistons à une passation d’arme, une véritable appropriation du projet par les habitants. Nous voyons les usagers reprendre leurs droits d’influence sur leur lieu de vie.

Nous l’avons constaté sur le projet « La Ruche », près de Bordeaux, où 11 logements participatifs avec espaces mutualisés ont été construits. C’est un lieu de vie propice à l’échange et à l’ouverture, rendu possible par le désir commun des habitants de partager des espaces collectifs. Mais aussi par les outils mis à disposition, qui permettent de faire vivre ce collectif.

Par exemple, nous y avons mis en place un « deuxième chantier » sur lequel les habitants et tous ceux qui souhaitaient s’initier à différentes techniques de construction pouvaient se joindre à l’aventure. Et c’est bien cette convivialité et l’investissement de chacun qui ont renforcé l’appartenance au lieu.

Pendant les visites sur le chantier, nous avons ainsi vu des habitants dire « ça, c’est mon habitat, ça, c’est mon chantier ». Et le simple fait de pouvoir dire « j’ai participé de mes mains au lieu dans lequel je vis » permet aux habitants de se reconnaître dans ce lieu et d’en devenir responsables. »

Tags associés :