Aller au contenu principal

« Par le biais de la création, les artistes nous interrogent sur les sujets de société. »

Article publié le 15 décembre 2017

Comment le monde du spectacle vivant peut-il agir en faveur de la parité ? Rencontre avec Olivier Mantei, Directeur de l'Opéra Comique.

Le 18 décembre 2017, l’Opéra Comique accueille la première édition du Parlement du féminin. Elle a pour vocation de rassembler celles et ceux qui pensent et agissent en faveur d’une société plus équilibrée. À cette occasion, nous avons posé trois questions à Olivier Mantei, directeur de l’Opéra Comique, sur l’engagement du spectacle vivant et de son institution pour la parité.

Pourquoi l’Opéra Comique a-t-il souhaité accueillir la première édition du Parlement du féminin ?

Il y a une longue tradition de la présence des femmes dans ce répertoire, des femmes actives, conquérantes, révoltées, parfois de « mauvaise vie » comme on disait au XIXe siècle. Quand vous entrez à l’Opéra-Comique vous êtes accueillis par Manon et Carmen, deux héroïnes au destin tragique parce que trop libres et trop indépendantes pour la morale sociale et sexuelle de l’époque. Deux femmes qui se tiennent debout tandis qu’à l’Opéra Garnier, ce sont deux hommes assis qui vous accueillent . Plus sérieusement, ma conception d’un théâtre- qui plus est d’un théâtre public- tend vers l’ouverture, la diversité, le débat d’idées, le partage du sens et d’un certains nombres de valeurs. Tout ce qui est au programme de cette journée du 18 décembre. C’est donc le bon endroit pour cette rencontre.

Considérez-vous que le monde du spectacle vivant est un milieu qui peut agir pour plus d’égalité en son sein et/ou dans la société? De quelle manière ?

Je dirai que s’il ne le faisait pas, il ne remplirait pas sa mission. Le plateau d’un théâtre est le lieu de la représentation du monde tel qu’il est ou qu’il devrait être. Par le biais de la création, les artistes nous interrogent sur les sujets de société les plus prégnants, quitte à déranger parfois. Que ce soit avec la création de Katie Mitchell cette année ou l’année prochaine avec celle de Joël Pommerat, l’Opéra Comique met le sujet de l’égalité au cœur de son projet artistique.

En tant que directeur du Théâtre national de l’Opéra Comique, la question de la parité influence-t-elle votre travail ? A-t-elle sa place dans des éléments tels que la programmation, la gestion des collaborateurs ou la communication ?

Nous cherchons à acquérir le label sur l’égalité et nous travaillons concrètement à ce que la parité s’installe dans les différents secteurs de notre activité. Nous sommes plus attentifs aux comportements discriminatoires, aux égalités de traitement, aux recrutements, artistiques, techniques et administratifs. Il a fallu d’abord s’assurer d’une prise de conscience collective pour que des changements commencent à apparaître. Mais restons lucides, il reste du chemin à parcourir.