Aller au contenu principal

Entrepreneuriat : quels secteurs privilégient les femmes ?

Article publié le 11 décembre 2017

Selon l’INSEE, 40 % des entreprises individuelles ont été créées par des femmes en 2015. Quels secteurs d’activité privilégient-elles ? Enquête.

L’engagement au quotidien pour un monde durable

Poussées par une volonté d’agir dans le champ de l’intérêt général, ces femmes ont choisi d’œuvrer pour l’environnement, le développement durable ou pour aider les plus démunis. Philanthropes et aventurières, elles décident de franchir le pas de l’entrepreuneriat.

Après des études d’histoire de l’art à la Sorbonne et à l’École du Louvre, Frédérique Bedos fait carrière en tant qu’animatrice à la radio et à la télévision. C’est en 2010 qu’elle crée « le projet IMAGINE », une ONG qui produit des courts, moyens et longs métrages pour inspirer et pousser à agir.

Soucieuse de lutter contre le gaspillage alimentaire, Raodath Aminou crée Optimiam, une application qui permet à des commerçants de vendre leurs excédents à prix bradés. Grâce à un système de géolocalisation, les entreprises partenaires proposent des repas qui doivent être sauvés.

Entreprendre dans les métiers du numérique

Secteur d’activité en développement constant, les métiers du numérique attirent. Si ce domaine est encore majoritairement masculin[1], les femmes souhaitent changer la donne sur ce marché.

Inaugurée en juin dernier, la station F aménage des espaces de travail dédiés aux startups et accompagne les entrepreneurs dans leur démarche de création d’entreprise. D’une surface de 34 000 m², la station F peut accueillir jusque 1 000 jeunes entreprises. À seulement 27 ans, Roxanne Varza dirige l’organisation du campus. Forte de son expérience des startups, elle crée avec son associée Mounia Rkha le réseau StartHer, qui promeut l’entrepreunariat au féminin grâce à des évènements, du contenu, de l'éducation, un réseau et une communauté internationale.

Mode et engagement

Il n’est pas rare de retrouver des entrepreneures dans le monde de la mode. Certaines d’entre elles ont fait le choix d’associer leur passion avec une cause qui leur tient à cœur.

À l’âge de 25 ans, Marie Beauchesne crée sa première marque de prêt-à-porter française : Ypsylone. Féministe, speaker et auteure passionnée par l’empowerment au féminin, elle conçoit des vêtements et accessoires aux messages engagés.

Soucieuse de l’impact de l’industrie de la mode sur la santé, Nathalie Lebas-Vauthier lance avec son mari la marque Ekyog en 2004, avec l’objectif de créer des vêtements respectueux de la peau, des hommes et de la planète. En 2017, elle repart pour de nouvelles aventures en créant Marie & Marie, une marque de vêtements et cosmétiques bio.

Le prêt à manger

La livraison à domicile bat son plein et certaines entrepreneures comme Julia Bijaoui décident de surfer sur la vague avec Frichti. Après avoir travaillé plusieurs années en entreprise, Julia Bijaoui franchit le pas en créant sa propre boîte. C’est en 2015 qu’elle se lance dans l’aventure, en proposant des plats cuisinés maison avec des produits frais et de saison pour les entreprises.

Avec une part d’entrepreneures en constante progression, les secteurs d’activités vers lesquels se dirigent ces nouvelles chefs d’entreprise sont multiples et tendent à se diversifier. La mobilisation des femmes créatrices d’entreprise va bien au-delà des idées reçues et ne se limite pas aux secteurs jugés « féminins » par certains comme la mode ou la famille.

Tags associés :