Aller au contenu principal

Mélanie Lefebvre régale et se régale

Article publié le 22 février 2018

D’abord directrice d’école, Mélanie Lefebvre a délaissé le tableau noir pour les friandises. Mais pas n’importe lesquelles ! Uniquement des produits sans sucre blanc adaptés aux diabétiques.

Manger des produits sucrés sans culpabiliser, c’est un rêve désormais accessible grâce à Mélanie Lefebvre. Dans sa boutique rouennaise « Au Bon Sucre » et sur son site de e-commerce, les tablettes de chocolat, gaufrettes et bonbons vendus ne contiennent que du bon sucre. « Les produits proposés sont à base de sucres naturels, avec un index glycémique inférieur à 30 (contre 68 pour le sucre blanc) », souligne Mélanie Lefebvre. Tout est bon pour la santé !

Un parcours semé d’embûches

L’aventure s’est concrétisée en septembre dernier avec l’ouverture du magasin. Le chemin à parcourir aura pourtant été long. « L’idée est née grâce à notre fille aînée, Chloé, diagnostiquée diabétique de niveau 1 en 2013 à l’âge de 7 ans. À l’époque, nous avons dû vider les placards et revoir nos habitudes alimentaires. Comme Chloé est une grande gourmande, nous achetions des produits adaptés dans une boutique à Paris pour lui faire plaisir. Et puis, nous avons eu un déclic et avons voulu proposer cette offre dans notre région », raconte Mélanie Lefebvre.

La directrice d’école, qui ne s’épanouissait plus dans son métier, entame alors une nouvelle reconversion professionnelle. Nouvelle, car elle a fait des études et démarré sa carrière dans l’agro-alimentaire. « Au Bon Sucre » est donc un retour aux sources, à ceci près que les produits industriels des grands groupes ont été remplacés par des produits simples et naturels.

Si le local pour la boutique est vite trouvé et si les banques accordent leur confiance, il s’avère plus complexe d’identifier des fournisseurs. « Comme la France est en retard, il faut s’approvisionner en Angleterre, en Espagne ou encore en Belgique. C’est parfois complexe car les délais de livraison sont longs et les fournisseurs exigent un gros volume de commande », explique Mélanie Lefebvre. Mais le plus grand obstacle à surmonter concerne le site marchand. « J’ai rencontré pas mal de difficultés, principalement au niveau du paiement sécurisé », précise-t-elle. Malgré ces aléas, le succès est aujourd’hui au rendez-vous.

« Une vraie satisfaction au quotidien »

Bien aidée par le bouche-à-oreille et par les relais dans les médias locaux, « Au Bon Sucre » s’est déjà constitué une clientèle. Des diabétiques, bien sûr, qui trouvent enfin des confiseries et biscuits sans risque pour leur santé, mais aussi des clients désireux de mieux manger. « Ma formation en agro-alimentaire me permet d’expliquer les produits et de donner des conseils sur les 220 gourmandises référencées. J’ai également mis en place des cours de cuisine. Ce n’est que du bonheur », affirme Mélanie Lefebvre qui, à 35 ans, dit enfin éprouver « une vraie satisfaction au quotidien ». Sa plus belle récompense : « redonner le sourire aux diabétiques ». Parmi eux, sa fille. Aujourd’hui âgée 11 ans, Chloé compare la boutique à une caverne d’Ali Baba et joue volontiers les cobayes pour tester les nouvelles douceurs.

Tags associés :