Aller au contenu principal

Bouger améliore la qualité de vie des séniors

Article publié le 25 mai 2017

Préserver la santé des aînés, éviter la surenchère de soins et prévenir la perte d’autonomie : trois enjeux de santé publique. Mais comment y répondre ?

Les bienfaits d’une activité physique régulière

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande aux plus de 55 ans de pratiquer 150 minutes d'activité d'intensité modérée par semaine, ou 75 minutes en cas de rythme soutenu. Un objectif loin d'être atteint par tout le monde puisque seulement un Français sur deux entre 55 et 64 ans déclare pratiquer une activité physique.

Pourtant, faire 15 minutes d'exercice par jour prévient 30 à 50% des maladies du cœur et permet de récupérer plus facilement. « Après un accident vasculaire, la pratique régulière d’une activité physique adaptée permet de diminuer la mortalité de 25%, c’est-à-dire autant que les meilleurs médicaments que l’on a actuellement en cardiologie », souligne Marie-Christine Iliou, cardiologue et chef du service réadaptation cardiaque et prévention à l'hôpital Corentin-Celton d'Issy-les-Moulineaux.

Constat similaire pour les maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer. Le sport, selon l’association Lecma, aurait « un effet protecteur sur le cerveau ». Il « reste l’une des possibilités de réduire le risque de déclin cognitif, en complément d’une alimentation saine et d’une stimulation intellectuelle régulière ».

Les moyens de lutter contre la sédentarité des seniors

Nombreux sont les professionnels de la santé qui cherchent à inciter les seniors à bouger. C'est le cas de Daniel Rivière, chef du service de médecine du sport à l'hôpital Larrey de Toulouse. Ce professeur a remis en 2014 au gouvernement un dispositif d’activités physiques et sportives (APS) à l’attention des personnes âgées. Il y dévoile de nombreuses recommandations faciles à appliquer pour donner envie aux seniors de se (re)mettre au sport. Par exemple, lancer un carnet de « santé sportive » pour les plus de 50 ans ou diffuser des campagnes d'informations pour lutter contre la sédentarité.

Certains hôpitaux proposent aussi une consultation de l'aptitude physique pour la santé (CAPS). Celle-ci conjugue :

  • une consultation médicale,
  • une évaluation physiologique de l'aptitude physique,
  • un programme d'entraînement personnalisé sur un vélo d'appartement adapté,
  • une orientation vers des associations pouvant répondre aux besoins du patient.

Parmi les autres initiatives luttant contre la sédentarité des seniors, la Semaine Bleue est consacrée aux retraités et personnes âgées. Elle se déroule chaque année, à l’échelle nationale, au mois d'octobre et permet de sensibiliser aux bénéfices du sport par le biais d’animations locales.

 Après un accident vasculaire, la pratique régulière d’une activité physique adaptée permet de diminuer la mortalité de 25%, c’est-à-dire autant que les meilleurs médicaments que l’on a actuellement en cardiologie.
 Marie-Christine Iliou, cardiologue

 

Ces activités idéales après 55 ans

Dans toute la France, on trouve aujourd'hui un panel d’activités adaptées à l’âge, aux pathologies chroniques et au handicap. Parmi les disciplines qui correspondent le mieux aux besoins des seniors figurent :

  • le yoga,
  • la marche nordique,
  • la gymnastique,
  • le tai-chi-chuan,
  • le vélo,
  • le tir à l’arc,
  • le golf…

Mais quel que soit le sport choisi, il n’est pas question de s’épuiser. Pour être en forme et bien vieillir, la fréquence et les conditions doivent être raisonnables. Plaisir et sécurité avant tout.

Tags associés :