Aller au contenu principal

La Mothe-Chandeniers, un château en ruine racheté par des milliers d’internautes

Article publié le 12 avril 2018

Située dans la Vienne, cette bâtisse du XIIIe siècle a été sauvée par plus de 18 000 contributeurs. Une opération unique en son genre, menée par l’agence de financement participatif Dartagnans.fr.

« Et si on adoptait la Mothe-Chandeniers ? », c’est le pari un peu fou lancé par l’association Adopte un château, réseau d’aide et conseil aux châteaux en danger. Lancé fin septembre, le projet de crowdfunding pilotée par Dartagnans.fr s‘était donnée comme objectif le rachat de la bâtisse estimée à 500 000 euros. Avec près de 1,6 millions d’euros récoltés et un succès planétaire – près de la moitié des donateurs viennent de l’étranger – l’objectif est largement dépassé.

« C'est un record en France et sans doute en Europe en terme de fonds levés et de contributeurs », a affirmé à l'AFP Romain Delaume, PDG de l'agence de financement participatif. Chaque donateur sera actionnaire et copropriétaire du château et la société fonctionnera de façon démocratique, avec un comité exécutif, une assemblée générale annuelle et un comité de pilotage, assurent ses promoteurs.

« Oublié depuis 1932 puis sorti de l'ombre en 2012, grâce à vous le château de la Mothe-Chandeniers retrouve la lumière en cette fin d'année 2017 », s’est félicité Bruno Griffon, président des Amis du château de La Mothe-Chandeniers. Partiellement détruit par un incendie en 1932 et laissé à l’abandon, le château se voit offrir une seconde jeunesse grâce à cette campagne.

Un véritable plan de développement

Outre le rachat du château, les promoteurs du projet ont fixé un calendrier précis des travaux à réaliser et un business plan sur 5 ans dans lequel les nouveaux copropriétaires ont toute leur place. Ainsi, dès le début de l’année 2018, une plateforme internet collaborative dans laquelle chaque actionnaire pourra donner ses idées et proposer ses services, sera mise en ligne.

Cette plateforme permettra également de voter lors des questions posées par le comité exécutif pour les grandes orientations à donner au projet pour l’année en cours : budget, sécurisation, ouverture au public, création d’événements, etc. « C’est dans cette logique que nous souhaitons construire un projet économique viable et durable permettant de dégager des recettes », confirment les porteurs de projet. La fin des travaux est prévue pour 2025 mais les promoteurs s’engagent à « mettre tout en œuvre pour organiser dès 2018/2019 des animations et des événements pour ainsi faire vivre et redonner son blason au château ».

Et si ce mécénat participatif participait d’une nouvelle forme de citoyenneté ? De plus en plus de campagnes de crowdfunding parient sur ce nouvel élan (plus d’un million de français ont participé à une opération de financement participatif en 2015) pour financer des projets à visée écologique et éthique. Une myriade d’initiatives en ce sens sont apparues ces dernières années. La dernière en date : la plateforme commeon.com qui propose un « portefeuille philantropique » centralisant différents projets à but non lucratif dans les domaines de l’éducation, du patrimoine ou de l’environnement. Le financement participatif a décidément le vent en poupe.

Tags associés :