Lien d'évitement

L’impact investing bientôt soutenu par un nouveau règlement européen 

Le 17/05/2013
L’impact investing bientôt soutenu par un nouveau règlement européen

Viser à la fois un retour financier et un impact social est une pratique qui reste encore marginale mais se développe rapidement.

A compter de juillet prochain, un règlement européen sur les fonds d'investissement pour l'entrepreneuriat social, dits « EuSEF », entrera en vigueur. Pourront bénéficier de ce “label”, les investisseurs institutionnels avec un ticket d’entrée au moins égal à 100.000 €, gérés par des personnes domiciliées dans l’Union européenne, réservant au moins 70 % de leurs investissements à des entreprises sociales et mesurant l’impact social de ces entreprises. Ce label, qui leur permettra d’être commercialisé dans tous les pays de l’UE, sera également un moyen de mieux faire connaître l’ « impact investing » des investisseurs institutionnels.

La niche de l’impact investing en pleine progression

Car, avec 6 milliards de dollars investis en 2012, et 6,7 milliards prévus pour 2013, ce type d’investissement cherchant à maximiser à la fois le retour financier et l’impact social demeure une niche. Mais son évolution justifie que la banque JP Morgan y consacre une étude pour la troisième année consécutive.
Il en ressort que les secteurs de la santé, de l’agriculture et de l’alimentation sont les plus concernés par ces pratiques ; les fonds proviennent à 56 % des Etats-Unis (27 % d’Europe), et sont essentiellement investis dans les pays émergents.
Les taux de retour sur investissement s’établissent dans une fourchette de 5 à 10 %. D’après JP Morgan, les Nord-américains seraient plus intéressés par le résultat sur le plan financier, et les Européens par l’impact social.
La mesure de cet impact représente d’ailleurs un challenge, auquel s’efforcent de répondre de nouveaux outils telles que la grille Iris (Impact reporting and investment standards) ou le Social return on investment (SROI).

La France fait ses premiers pas dans l’impact investing

En France, où le fonds Phitrust fait figure de pionnier, le Comptoir de l’Innovation, créé par Nicolas Hazard, vice-président du groupe d’entreprises sociales et solidaires SOS, se lance également, avec la volonté d’élargir l’impact investing au-delà du cercle traditionnel de la finance solidaire. Avec un ticket minimum de 100.000€, le Comptoir de l’Innovation pourra prétendre au label EuSEF. Mais ça n’est pas le cas de la majorité des investissements réalisés jusqu’ici dans l’économie solidaire (879 millions € en 2011) qui proviennent souvent de particuliers, ou de produits financiers ne réservant que 10 % de leur encours à des entreprises solidaires.


Pour en savoir plus
L’étude (en anglais) de JP Morgan : Perspectives on Progress, the Impact Investor Survey

Le comptoir de l'innovation, créateur de richesses sociales
PhiTrust, investissement philanthropique
http://iris.thegiin.org
http://www.thesroinetwork.org
 

Articles qui pourraient vous intéresser